Partagez | 
 

 What Do You Mean ? + at

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mangemort
corruptus in extremis
avatar
Ϟ Sorcier depuis :
16/09/2015
Ϟ Hiboux :
13


MessageSujet: What Do You Mean ? + at Mer 16 Sep - 22:24

"Tes idéaux empoisonnent ton coeur. Et je ne veux pas

Avery Jàck Travers

être contaminée par un amour venant d'un coeur malade."

NOM : Travers, ce patronyme devenu celui d’une famille de mages noir, de sang purs intolérants. Ton destin est tout tracé depuis ta naissance. PRÉNOM(S) : Avery, prénom de ton arrière grand père, pour qui ton paternel avait une étrange admiration, le-dit grand père s’était révélé être un psychopathe, enfermé à l’âge de  trente-cinq ans à Azkaban. Cet arrière grand père, qui se serait révélé être un mangemort dès les premières secondes s’il avait encore été en vie –d’ailleurs, encore heureux qu’il n’ai jamais connu le Seigneur des Ténèbres…- . Ton second prénom est Jàck, lui aussi, second prénom du-dit psychopathe. A croire qu’on cherche vraiment à ce que tu lui ressemble. Mauvaise pioche. ÂGE : trente-six années à supporter ta famille de détraqués et à attendre un mariage tant désiré, qui arrive à peine. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Le 17 janvier 1944, dans le manoir familial des Travers, près de Bristol. SANG : sang pur, sauf si bien sur une faille s’est glissée dans ta famille, souillant ainsi le sang. MÉTIER : Guérisseur à Sainte-Mangouste, au plus grand plaisir de ta mère, et déplaisir de ton père.  SEXUALITÉ ET STATUT : Bisexuel, du moins tu n’en est pas vraiment sûr. Bien sur, les soirées trop arrosées, tu les oublies vite, autant que tu oublies avec qui tu passes tes nuits ces soirées-là. Mais ta famille ne devra jamais en être au courant. Tu es déjà l’intrue de la famille, mieux vaudrai ne pas en rajouter. M’enfin, tu es tout de même un "homme à femme" dans le sens où tu les préfères. Bien sur, quelques aventures par-ci par-là pendant que tu entretenais une relation ne t’as jamais freiné. Tu es fiancé à une jeune sang-pur d’à peine vingt-trois ans. Plus jeune encore que ton frère, et fiancé après ce dernier alors que tu es l’ainé. Quel comble. ANCIENNE MAISON : Serdaigle, même si le choixpeau à bien longtemps hésité avec Serpentard… Où comme toute ta famille, tu aurais dû aller. Une immense déception pour les Travers. CAMP : Chez les Mages noirs, c’est que tu devais suivre ton paternel –ainsi que toute la famille encore bien vivante avec quatre membres, un cerveau et un cœur- ? Puis faut dire, avoir été élevé dans une tolérance d’un ou deux pourcent envers les sangs-mêlés, une haine totale envers les cracmols et les sangs-de-bourbes, tout juste bons à l’abattoir, puis trouvant les moldus inutiles… C’était évident, à vrai dire. Un comble si tu n’avais pas rejoins l’armée du seigneur des ténèbres. Tu es sous-lieutenant en recrutement, malgré ta réticence à ce poste. BAGUETTE : Bois de Noisetier, suivis d’une griffe d’hippogriffe de 30 centimètres.
+ Tes parents ont mis douze ans à te trouver une fiancée, car toutes les femmes à marier n’étaient jamais assez « pures de sang » selon ton géniteur.
+ Tu n’as encore jamais rencontré cette dite sang-pur. Tu ne sais que peu de choses, comme par exemple vient des Ollivander, et qu’elle viens d’avoir vingt-trois ans, de treize ans ta cadette...
+ Tu as toujours aimé la photographie, mais tu as dû l’oublier à la sortie de Poudlard, ce n’était pas bien vu par ta famille.
+ Tu es habitué à rendre visite a quelques amis au Filet du Diable, pour décompresser, penser à autre chose après une journée –et une nuit- de dure labeur.
+ Tu n’arrives pas à accepter le fait de célébrer des mariages incestueux. Pour toi, dans quelques années, les enfants des uns devront se marier et copuler avec les frères ou sœurs de leurs propres parents si ce n’est pas déjà le cas dans certaines familles. « Et après on se plaint que la santé mentale de la descendance est de plus en plus mauvaise. Bientôt on aura des gamins de quatre ans psychopathes et sadomaso. », c’est ce que tu dis quand tu assiste à un mariage incestueux.
+ Tu n’as jamais été intéressé par le poste de sous-lieutenant en recrutement, et si ça ne tenait qu’à toi, tu ne serais même pas parmis les mages noirs. Mais que veux-tu ? Ta famille s’est ralliée au seigneur des ténèbres, et tu n’avais pas d’autre choix que de les suivre, si tu ne voulais pas te voir retirer une partie de l’héritage –et donc donner ta part à ton frère !-.
+ Tu as cette fâcheuse tendance à ronfler dès que tu somnole, sans t'en rendre compte. Quelques fois même tu parles dans ton sommeil.
+ Tu es tout sauf du matin, celui ou celle qui te réveillera de quelconque manière pourrais avoir un œil au beurre noir pendant des jours.
Que penses-tu des nouvelles mesures mises en place par le Ministère ? Es-tu en accord avec la nouvelle politique de la Ministre de la Magie? « Sincèrement ? Ils vont se faire tuer dans tous les cas, ces saletés de moldus, alors à quoi bon chercher à les intégrer au monde magique ? Ils n’ont rien à foutre avec nous, que ce soit pour leur famille ou non, d’ailleurs eux-mêmes méritent de mourir, c’est comme ça, ils ne sont pas normales, ils sont des anomalies. Dans le pire des cas, vous pouvez toujours demander à mon paternel si ma réponse ne vous convient pas, vue qu’apparemment je dois penser comme lui, ça ira bien plus vite. »  

Quel est ton avis sur cette guerre ? Te concerne-t-elle directement ? (ou Quel est ton avis sur les mangemorts et l'Ordre du phenix?) « Cette guerre ? Ouais elle me concerne, et à mon plus grand désespoir d’ailleurs. Faut dire, je m’en tape pas mal de tout ça, les mages noirs, l’ordre. J’y suis obligé de toute manière, on a décidé pour moi de me faire devenir un mage noir. On a décidé pour moi que je devienne sous-lieutenant. On a décidé pour moi une fiancé d’un an de moins que frère. C’est génial, n’est-ce pas ? Vous voulez plus de parlotte ? Bien. Je sens que je vais bientôt devoir être intégré à cette foutue guerre, et là, je ne pourrais pas en sortir. Le pire c’est que je sais que j’y prendrais goût. J’en sais pas vraiment plus à vrai dire… »



PSEUDO / ÂGE / RÉGION :Apy/15 ans/ Ile de France  awi  UN COMMENTAIRE SUR LE FORUM ? :Toujours aussi parfait  hurry  COMMENT L'AVEZ-VOUS TROUVÉ ? : Beeeeeh, parfait  mdr super accueillant, tout ça tout ça  yeahh PV, SCENARIO OU INVENTÉ ? : inventé  voui  CÉLÉBRITÉ : Channing le magnifique ** CRÉDITS / REMERCIEMENTS : à la petite sourie qui habite dans ma maison ?  han Naaan, à vouuuus évidemment,  yay

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
Mangemort
corruptus in extremis
avatar
Ϟ Sorcier depuis :
16/09/2015
Ϟ Hiboux :
13


MessageSujet: Re: What Do You Mean ? + at Mer 16 Sep - 22:25

Do you know me ?

Look into my eyes Ϟ
intelligent + tête sur les épaules + imprévisible + tendances violentes + je m’enfoutiste sur les bords + sans remords apparents + supporte bien la douleur + bon menteur + n’a jamais ressenti de sentiments amoureux + haineux des sangs-de-bourbes + dédaigneux + légèrement narcissique + interessé + docile, aux tendances rebelles depuis peu + compatissant + autrefois toujours prêt à aider les autres + quelque peu égocentrique + calme + peut être doux

It's where my demons hide Ϟ
Couché dans ton lit, les bras repliés sous la nuque, tu regardais le plafond, te rappelant cet instant, cette bibliothèque, cette leçon de ton enfance.
Qui aurait pu te dire que trente ans après, tu serais dans ce lit, en compagnie de cette femme que tu haïssait de tout ton être et avec qui il y avait pourtant cette tension sexuelle bien trop présente. Cette femme avec qui tu finissais souvent les soirées, dans ton appartement, bien loin du manoir familiale dans lequel tu avais tes leçons quotidiennes. A cette époque, tes parents, ton père, surtout, te retrouvaient la nuit dans la grande bibliothèque, dans laquelle tu passais les nuits de ton enfance. A en croire que tu avais lut tous ces livres, uns par uns, nuits par nuits.
Leur odeur te manquait. L’odeur des pages, des vieux livres. L’odeur de renfermé, de la vieillesse, un signe qui montrait qu’ils n’étaient jamais, ou très rarement, ouverts et feuilletés. Personne ne venait dans cette partie du manoir, mise à part ton père, pour vous instruire tous ces idéaux.
 
« Les sangs-de-bourbes ne sont, et ne resteront que des anomalies. Tu m’entends, Avery ?  Des Sorciers qui ne meriteraient pas d’exister, des sorciers qui sont à part, et son de loin de piètres ensorceleurs. » Tu observes ton père, les pieds ballants, sur ce grand canapé où tu te sentais seul malgré la présence quelque peu effacée de ton frère, de deux ans ton cadet, qui ne comprenait pas grand-chose à ces mots si importants que ton père cherchait à graver dans vos mémoires. « Mais père, pourquoi ne peuvent-ils tout de même pas rester, pour justement apprendre à lancer de meilleurs sorts ? » tu parlais bien, pour un enfant de six ans, bien que tes paroles étaient à vue d’œil celle d’un jeune enfant, niais et qui ne cherchait pas à voir le mal, où qu’il soit. Ton paternel te lance un regard noir, avant de te répondre d’une voix froide, qui t’étais quotidiennement familière. Ça t’avait d’ailleurs étonné qu’aujourd’hui il ne t’ais pas parlé de cette manière. « Pour l’excellente raison que les sangs-de-bourbes sont si admirés et extraordinaires pour les sorciers, que ces derniers leur offrent énormément de possibilité. On les maris à des sangs-purs et ils font d’ignobles rejetons, inutiles, qu’on appelle les sangs-mêlés. On leur offre des opportunités au ministère, à Poudlard, en leur permettant d’étudier, et d’y faire étudier leurs enfants, des années après… Ils sont la raison principale de l’extinction de notre sang, Avery. Tu comprends ? Ils te volent tout ce que tu as et tout ce que tu auras, tu ne pourras pas leur faire confiance. » Tu déglutis péniblement, avant d’acquiescer, baissant la tête. « Les Sangs-de-Bourbes sont inutiles et ne méritent pas de posséder de baguette. Ils sont des anomalies. » finis-tu par dire entre tes dents. Ton paternel approuve, satisfait, avant de toiser ton frère, qui vous regarde les yeux grands ouverts, un sourire au coin des lèvres. Ton père sourit en retours avant de vous prier de partir d’un signe de main. Il était temps de dormir, avait-il dit. Tu te lèves, sors de la pièce, les bras pendants, ayant cependant bien une idée derrière la tête. La voix de ton père t’interpelle. « Avery, pas questions que tu reviennes ici cette nuit. » tu t’apprête à protester, mais il t’arrête d’un signe de la main. « Tu ne reviendras pas. Je ferme à clef. Tu ne reviendras plus jamais, compris ? Mise à part pour nos leçons. » tu sers la mâchoire avant de partir, sans un bruit.
 
Mais tout avais changé, désormais. Tu avais grandis, c’est sûr, qu’à trente six ans… Tu étais un homme, non ? Certes, tout était très compliqué, ta situation, ta famille… Après ton entrée à Serdaigle, les problèmes avaient commencés. Tu aurais dû aller à Serpentard, suivre ta famille là-bas. Et quand ton frère y est entré, ça à été le pire instant de ta vie. Il était le seul qui pourrait ne pas te faire passer pour une brebis galleuse, le seul qui aurait pu te suivre. Mais non. Il était devenu une fierté et toi, celui qui est entré à Serdaigle. Une honte ? Non, une déception. Toi, l’ainé des enfants Travers, sur lequel il reposait énormément d’espérances.
Tu te souvenais de cette journée, celle où tu avais rencontré le choixpeau, comme si ça s’était déroulé hier. C’était pourtant il y a vingt-cinq ans. Non, hier tu étais trop occupé à ôter les habits de Gabrielle.
 
« Avery Travers ! » scande la femme, dont tu n’avais pas retenu le nom. Ton propre nom, celui de ton père, de ton arrière grand-père, un nom reposant sur des générations, résonne dans la salle, pourtant remplie d’élèves, tous plus agés que toi, mise à part cette petite assemblée de nouveaux arrivants, tout comme toi, à Poudlards. Tu t’avance fièrement dans ta robe noire de sorcier, montant les marches pour finalement t’asseoir sur le tabouret, où de nombreux autres élèves se sont assis précédemment. On pose le célèbre choixpeau magique sur ton crâne et sa voix se met alors à raisonner dans ta tête, comme te l’avais de nombreuses fois décris ton père. « Ah, un nouveau Travers ! Il me tardait de choisir la maison d’une nouvelle génération de ces détraqués ! Voyons-voir… Tu es mâlin. Et aussi fourbe que ton père, à ce que je vois. On t’a bien enseigné toutes les ambitions des Serpentards, visiblement… » Tu souris. Ton père serait fier de toi. Ton père allait te voir entrer dans son ancienne maison, et celle de son père avant lui. Tu aurais enfin la paix. « Et pourtant. Je sens que tout ça ne va pas durer… C’est pour cela que… » Tu retiens ton souffle. Non. Non. Ce n’était pas possible. Il ne pouvait pas, il n’avait pas le droit de couper cette chaîne qui ralliait chaque Travers à la maison de Salazar Serpentard.  Ton cœur bat de plus en plus vite, au fur et à mesure que le choixpeau réfléchis, ou fait durer le suspens, à vrai dire, il avait toujours été décris comme vicieux et sadique dans ses décisions. « SERDAIGLE ! » scande-t-il finalement. Tu t’effondre mentalement. Tu te décompose littéralement. Les murmures surpris dans la salle couvrent presque les applaudissements et les cris des Serdaigle. Tu jette un regard à la table des Serpentard : c’est eux, qui ont l’air de moins comprendre ce qu’il se passait. Tu avales lentement ta salive. Ton père. Quand il allait apprendre ça… Tu étais fichu. Et c’était à cause du choixpeau.
 
Il était vrai que tu en avais longtemps voulu à ce choixpeau. Mais finalement, n’avait-il pas eu raison ? Tu as bien changé, durant ces longues années à Serdaigle, et c’était des années extraordinaires. Tu as eu une nouvelle vision d’un monde sur lequel ta famille t’avais caché énormément de choses ; nan, c’est faux, ils ne t’avaient rien cachés : ils avaient simplement exagéré la chose. Durant ta scolarité, tu as repris l’habitude de passer tes journées à la bibliothèque, appréciant de plus en plus lire, comprenant de mieux en mieux les vieux ouvrages, retrouvant d’autres exemplaires de ceux que tu avais déjà lut… Tu avais eu de nouveaux idéaux, et cette fois-ci, des idées propres à toi-même. Tout restait vague, mais tu réussissais à mieux voir le monde des moldus.
Tu avais compris que ton destin avait été tout tracé avant ta naissance : tu irais à Serpentard, tu serais marié à une sang-pur, tu aurais des enfants sang-purs, tu aurais une situation extrêmement convenable… Mais ils s’étaient d’ors et déjà trompés : tu n’étais en rien allé étudier à Serpentard. Certes, le mariage avec une sang-pur était proche, au jour d’aujourd’hui, mais ils devaient s’être trompés sur bien d’autres choses…
Si seulement, à ta naissance, ils avaient eu su qu’un jour, un mouvement de mages-noirs, anti-moldus, anti-nés-moldus et anti-sangs-mêlés existeraient… Alors ils t’auraient aussi prévu un long avenir dans ce domaine.
Oui, tu faisais aujourd’hui partie des mages noirs, oui, tu étais sous-lieutenant… Mais tu n’avais fait que suivre des ordres. Tu n’avais fait que ça, toute ta vie, toute ton existence. Ton père t’avais obtenu une place parmi les mangemorts, ton père t’avais trouvé une fiancée, ton père, ton père, seulement et toujours ton père. Ne ferais-tu jamais les choses de ton plein gré ?
Après ta scolarité à Poudlard, tout avait changé. Tu étais revenu au manoir. Tu avais dû oublier tes nouvelles idées, réapprendre les idéaux de ton enfance, plus ardemment encore. Ton père ne voulait rien laisser passer.
Ô, s’il avait su ce que tu avais fais hier. Ce que tu faisais depuis des semaines. Ce que tu avais fait, en rencontrant cette femme. Cette femme qui était peut-être celle qui te rattachait le plus à toi-même, cette femme qui te faisait quitter l’enfant docile Travers de trente-six ans.
S’il avait su.
 
Tu ouvres les yeux, pour te retrouver dans la chambre de l’auberge sorcière miteuse dans laquelle tu avais passé la nuit avec une jeune femme. Quel était son nom, déjà ? Ah oui, Gabrielle, c’est bien ça. Une belle femme, qui d’ailleurs semblait dormir encore. Tu passas tes bras sur par-dessus le drap blanc de la chambre, pour y retrouver le tatouage des mangemorts, à l’intérieur de ton avant bras droit, sur lequel tu passas lentement tes doigts. Tu avais reçut ce tatouage depuis peu, et il semblait faire tâche sur ton corp. Cependant, tu avais cette fierté, peut-être qu’on t’a obligé à avoir ; à te dire sans arrêt que c’est un honneur, que tu seras invoqué par le maître des ténèbres lui-même, dès qu’il aura besoin de ses lieutenants et de leurs inférieurs comme toi… Soudain, la jeune femme bouge, à côté de toi, pour venir placer sa tête sur ton torse, posant par la même occasion ses mains douces. La suite se passa très vite : tu sentis Gabrielle se crisper et eu tout juste le temps de tendre la main pour prendre ta baguette, pendant qu’elle s’empara à une vitesse époustouflante de sa propre baguette, la pointant sur toi, ce que tu faisais toi aussi, ce sourire narquois au coins des lèvres. Les sorts ont alors commencés à fuser dans tous les coins et recoins de la chambre de l’auberge, la saccageant encore plus que ce que vous n’aviez déjà fais, la nuit passée. C’est elle qui finit par te plaquer contre les murs, la baguette appuyée sur ta gorge, puis descendant peu à peu contre ton torse nu. La seule chose que tu fis, et sans doute la plus imbéciles de tout ce que tu aurais pu faire jusqu’alors, fut de lui voler un énième baiser, la faisant lâcher sa baguette par surprise. Et votre nuit recommença dans ce début de matinée, bien plus torride à ton goût que la précédente, car vous saviez maintenant chacun une chose à détester chez l’autre. Tu étais un mage noir. Elle était une sang-de-bourbes. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
Mangemort
corruptus in extremis
avatar
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
25/07/2015
Ϟ Hiboux :
52


MessageSujet: Re: What Do You Mean ? + at Mer 16 Sep - 22:32

re bienvenu avec ce nouveau personnage *_*
Un Travers, trop cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
Mangemort
corruptus in extremis
avatar
Ϟ Sorcier depuis :
16/09/2015
Ϟ Hiboux :
13


MessageSujet: Re: What Do You Mean ? + at Ven 18 Sep - 15:48

Mercii Caam d'amûr yay  vii je t’appellerai toujours Cam !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
Chief Warlock
DURA LEX, SED LEX
avatar
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
07/04/2015
Ϟ Hiboux :
234


MessageSujet: Re: What Do You Mean ? + at Sam 19 Sep - 22:43

Dossier accepté.

Voilà un perso qui tranche bien avec Sean. Have fun avec ce sang-pur bien sympathique.  
Félicitations, tu viens d'être validé. On sait que tu en as toujours revé et que ton état d'euphorie est à son apogée mais n'oublie cependant pas de te faire une fiche de liens afin de trouver des partenaires pour rps. Tu peux également faire un listing de rp afin de ne pas te perdre dans tes nombreuses aventures.

Tu es impatiente de commencer à écrire et à faire vivre ton personnage? Pas de problème, une petite demande sur ce topic et tous tes vœux seront réalisés. Enfin presque, on ne ressuscite pas les morts et on ne vole pas dans les coffres des Administrateurs.
Si tu as envie de faire connaissance et de traumatiser les autres membres avec ton humour, ta magnificence ou tes idées folles, n'hésite pas à pousser cette porte.



_________________
Ceci est le compte fondateur, merci de ne pas envoyer de mp.
Adressez-vous directement à Phineas Black ou Alexius L. Yaxley.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperius-curse.forumactif.org
 
 
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: What Do You Mean ? + at

Revenir en haut Aller en bas
 
 
 

What Do You Mean ? + at

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperius Curse :: Dossiers du Ministère :: dossiers des sorciers :: Sorciers validés-