Partagez | 
 

 Quand le chat n'est pas là... [Lucius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neutre
inter spem et metum
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
23/06/2015
Ϟ Hiboux :
134


MessageSujet: Quand le chat n'est pas là... [Lucius] Sam 11 Juil - 0:47

Quand le chat n'est pas là... [Lucius]

« Milady ?» Allongée dans la pénombre relative de ma chambre, au calme, j'étais en train de parcourir un ouvrage traitant des plus grands duels sorciers au sein du fameux club « Les Lances d'Argent » lorsque la voix de mon père me fit tressaillir. Je levais la tête vers lui tandis qu'il ouvrait la porte pour s'adresser à moi.
« Je dois m'absenter un petit moment, un problème urgent à régler au Ministère, j'en ai pas pour longtemps. »

« Oh, très bien, est ce que tu veux que je fasses quelque chose pour toi ? » demandais-je d'une voix douce, un aimable sourire sur les lèvres. Je me doutais bien que s'il prenait la peine de m'informer de ses allers et venus, c'est qu'il devait y avoir une raison.

« J'ai un ami qui doit passer au manoir, tu te souviens de Lucius Black ? J'aimerais que tu lui demandes de m'attendre au salon lorsqu'il arrivera, je serais vite de retour. »

« D'accord, Papa, à tout à l'heure. »

Alors que mon père refermait la porte de ma chambre et s'éloignait, mes pensées se bousculèrent. Lucius Black, comment aurais-je pu ne pas me souvenir de cet homme ? Il venait assez fréquemment au manoir, il n'était pas rare que père l'invite à diner, et il y avait quelque chose chez lui qui m'attirait. J'avais toujours trouvé sa présence étonnement rassurante. Il possédait ce charisme, cette prestance particulière et bien souvent, je ne pouvais m'empêcher de lui jeter des regards en douce et de le dévorer des yeux quand il passait à la maison. Je ne savais pas s'il l'avait remarqué et à vrai dire, j'espérais bien que non, car ainsi, il était plus facile de cacher à Père les pensées déplacées qui me passaient par la tête. Peut-être que j'aurais du en avoir honte, mais ce n'était pas le cas, était-ce mal ? Je ne voyais pas en quoi. Le truc, c'est que Lucius n'avait rien à voir avec les garçons immatures que je pouvais fréquenter à Poudlard, lui c'était un homme, et il était certain qu'il devait avoir de l'expérience... Je secouais la tête pour me reprendre, il fallait vraiment que j'arrête de fantasmer toute seule, c'était stupide. Ne devrais-je pas plutôt m'intéresser à mon fiancé, ainsi que Père l'attendait de moi ? Probablement, seulement je n'en avais pas envie.

Je finis par laisser tomber le livre sur mon lit, je pourrais continuer ma lecture plus tard. Je voulais me rendre présentable. Me levant, je jetais un coup d'oeil dans le miroir mural de ma chambre pour observer mon reflet. Je n'étais plus une petite fille à présent, ainsi que père l'avait dit lui même le jour où il m'avait annoncé son souhait de me marier. J'avais des formes de femme, ce qui n'était pas pour me déplaire et j'avais bien conscience d'être jolie. Je ressemblais beaucoup à ma mère et j'avais remarqué que cela rendait même mon père un peu mal à l'aise. Je replaçais correctement une mèche de cheveux un peu rebelle et j'arrangeais rapidement ma robe, lissant les plis qui s'étaient formés. Je l'aimais bien car je trouvais qu'elle me mettait en valeur et que je faisais très adulte. Je terminais de réajuster mon maquillage quand on sonna à la porte. Ce devait être lui.

« Skivvy, dépêche toi d'aller ouvrir ! » Ordonnais-je à l'elfe de maison tout en quittant ma chambre pour descendre dans l'entrée. Je ne me précipitais pas, cela n'aurait guère été digne d'une jeune fille de mon rang, ni très élégant d'ailleurs. Lorsque j'arrivais en bas des marches, Lucius était déjà là, sur le pas de la porte. Cette fois encore, je ne pus m'empêcher de le trouver hyper séduisant et magnifiquement viril. Je m'avançais  pour le saluer, un sourire poli sur les lèvres.

« Bonsoir Monsieur Black, je suis ravie de vous revoir. Vous permettez ?» Me rapprochant de lui, j'entrepris de l'aider à se débarrasser de sa cape de sorcier, effleurant ses épaules avec des gestes habiles et délicats, avant de la confier à l'elfe pour qu'il aille la ranger.

« Père a du s'absenter un moment, mais il ne va pas tarder à revenir. Puis-je vous inviter à patienter au salon ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
admin
CONTRA BONOS MORES
avatar
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
03/07/2015
Ϟ Hiboux :
142


MessageSujet: Re: Quand le chat n'est pas là... [Lucius] Ven 17 Juil - 20:14


Quand le chat n’est pas là…

Décidemment cette jeune femme me plaisait beaucoup. Ou devrais-je dire fille ? Elle n’en avait en tout cas pas le physique. Des courbes voluptueuses et une démarche bien plus mature que son âge ne l’aurait laissé présager. J’admirais la démarche féline et assurée de la créature qui me précédait, ralentissement volontairement le pas pour en profiter au maximum. Je n’étais pas du tout discret, après tout pour quoi faire ? Me cacher de l’elfe ? Quelle idée. Il était le seul regard qui pouvait témoigner de mes yeux baladeurs et il ne valait après tout pas grand-chose. Et elle, sentait elle mon regard appuyé glissait lentement du haut de son crane a ses pieds ? Je l’espérais en tout cas, elle ferait une belle distraction même si je ne pouvais en profiter pleinement. Si je pouvais éviter de mourir bêtement par la main de son père… Il avait le sang chaud et même si j’étais tout à fait capable de me défendre, je préférai éviter de me retrouver dans ce genre de situation.

Je détachais mes yeux de Milady pour les poser brièvement sur la bibliothèque familière. J’étais après tout un invité récurrent des lieux et surtout de cette pièce. Parlant affaire avec le maitre des lieux. Je m’installais confortablement dans le canapé que m’indiqua l’hôtesse. Volontairement, je m’étalais sur le plus de place possible, une habitude, un message que je n’arrivais pas à enlever. Cette posture portait un message, celui du pouvoir, de la domination et il ne fallait pas négliger même les plus petits messages corporels et je le savais pertinemment. Les jambes écartées, un bras sur le dos du canapé, une posture détendu mais droite, j’avais la posture parfaite de l’alpha qui s’approprie son environnement.

« Un Whisky sera parfait »
J’indiquais plus à la jeune femme qu’à l’elfe mais celui-ci s’exécuta rapidement.

L’alcool était la principale faiblesse de ma famille, il semblerait. Une tare commune en tout cas parmi les mâles Black. Ça et les femmes bien sûr. Même si je n’étais pas contre un homme ou deux de temps à autres. Mon père avait fait preuve d’un alcoolisme flagrant, déshonorant et pas du tout productif. Mais il n’était bien sûr plus là pour en parler. Au moins Phineas et moi avions la pudeur de le faire en privé, surtout Phineas en fait. Néanmoins, je n’avais pas l’alcool humiliant et je ne dilapidais pas mon argent en boisson. Ce qui est déjà tout à fait honorable. Me sortant de mes pensées, je me tournais de nouveau vers la brune à mes côtés, bien plus plaisante que mes idées sombres.

« Le cabaret... hum »
Je souris vaguement dans sa direction. « Tout est parfait, ou presque mais s’il n’y avait pas de problèmes je m’ennuierai sans doute. Le lieu ne me semble pas approprié pour une jeune fille de bonne famille et si… innocente que toi. » Je me permis un sourire moqueur en tournant mon corps vers elle.

Le Filet du Diable n’est approprié pour personne et même s’il n’en est qu’à ses débuts, j’ai de grands projets pour lui. Aujourd’hui quelques danseuses, quelques prostituées cachées sous des identités presque transparentes, quelques trafiques. Je compte élargir mes horizons… un peu. Voire même beaucoup. Le « cabaret » allait devenir un véritable temple du vice, c’était un peu mon but, d’être LA référence en la matière. J’avais le gout, les moyens et l’ambition. Et je comptais mettre tout cela à profit pour créer mon empire.

« Mais peut être que d’ici… quelques années les portes s’ouvriront toutes seules pour une créature comme toi. » J’appuyais le tutoiement fortement, me rapprochant d’elle-même à travers mes mots. « Je serais même prêt à te faire une visite guidée. Quel âge as-tu déjà ? »
Boulet:
 
AVENGEDINCHAINS

_________________

   
   
« Le crime au bras du vice »
I could corrupt you in a heartbeat. You think you're so special, think you're so sweet. What are you trying. Don't even tempt me soon you'll be crying and wishing you dreamt me. You'd be calling out my name when you need someone to blame.©️ .bizzle

Bro nyuh:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
Neutre
inter spem et metum
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
23/06/2015
Ϟ Hiboux :
134


MessageSujet: Re: Quand le chat n'est pas là... [Lucius] Dim 19 Juil - 17:56

Quand le chat n'est pas là... [Lucius]

Je pris mon temps pour ôter la cape de Lucius Black, mes doigts courant sur l'étoffe soyeuse de son vêtement. J'appréciais chaque seconde de cette proximité opportune. Cela avait quelque chose de grisant et un goût d'interdit. Je m'imprégnais de son odeur, plaisante, virile. Je fus même surprise de constater à quel point j'aimais son parfum. Pour un peu, j'aurais voulu m'enrouler dedans comme dans un drap de soie et cela en était presque effrayant. Si j'étais un peu troublée, je n'en laissais rien paraître. Je n'accordais aucune attention à l'elfe parti ranger la cape, bien trop occupée à faire face à l'homme qui se penchait vers moi. Alors qu'il envahissait mon espace personnel, mon cœur s'accéléra malgré moi mais je ne me reculais pas. Comme il était largement plus grand que moi, je levais la tête pour croiser son regard que je soutins sans sourciller. Je le fixais droit dans les yeux avec une lueur de défi et de provocation. Parfois, il arrive que la gazelle ne craigne pas de se faire dévorer par le lion, même si en vérité je n'étais pas une créature sans défense. Il ne tarda pas à répondre positivement à mon invitation d'attendre au salon d'une manière plus que charmeuse et j'esquissais un sourire mutin à son compliment. Oh, je n'étais pas le genre de fille naïve qui se laisse abuser par les flatteries, je savais bien comment étaient les hommes. J'avais vu bien trop souvent Père ramener au manoir des amantes d'une nuit, leur murmurer des mots doux pour ensuite les jeter comme des malpropres le lendemain. Néanmoins, c'était toujours agréable à entendre et j'avais très envie de jouer à ce petit jeu de séduction.

« Suivez-moi. » Susurrais-je en réponse avant de me reculer très légèrement.

Rompant finalement le contact visuel, je me détournais momentanément de lui pour l'escorter jusqu'au salon. Le précédant, je m'éloignais d'une démarche sensuelle, très féminine et m'arrêtais seulement un bref instant à mi-parcours pour jeter un regard en arrière, vers Lucius, afin de m'assurer qu'il m'emboitait bien le pas. Je le conduisis jusqu'au salon principal, celui où nous avions l'habitude de recevoir des invités. La pièce était vaste et luxueuse, mais sans être ostentatoire, avec d'un côté la riche bibliothèque de Père où s'alignaient toutes sortes d'ouvrages de collection et de l'autre, près de la cheminée, des canapés en cuir autour d'une table basse.  Je m'avançais vers l'un des divans et attendis que mon invité me rejoigne.

« Je vous en prie, mettez vous à l'aise. »

Je lui indiquais le canapé qui faisait face à la cheminé d'un signe de la main. Je le laissais y prendre place et m'installais à ses côtés, légèrement de biais pour pouvoir le regarder. Il était plus agréable et chaleureux de converser en étant proche de son interlocuteur plutôt que de se faire face à distance, séparés par une table. De plus, n'ayant encore jamais été seule avec Lucius Black, je voulais vraiment profiter de cette occasion pour mieux le connaître et me rapprocher de lui. Sans attendre je fis signe à l'elfe de maison jusqu'alors immobile dans un coin de s'approcher un peu car j'allais avoir besoin de lui. Le serviteur était parfaitement irréprochable, il avait appris à rester à l'écart pour se pas déranger, si discret qu'il en devenait presque invisible et à anticiper les besoins. Je m'adressais alors au trentenaire pour lui proposer un rafraichissement comme une parfaite hôtesse.

« Désirez vous quelque chose à boire ? Je peux vous offrir du Whisky ou du vin rouge, à moins que vous ne préfériez un thé ? »  Je laissais le sorcier répondre et indiquais à l'elfe ce que je voulais moi même. « Je prendrais du vin pour ma part, merci Skivvy. » Alors que la petite créature disparaissait pour aller chercher les boissons, je me penchais légèrement vers Lucius Black pour amorcer la conversation. Ma posture était aguicheuse, mais sans excès, avec juste ce qu'il fallait de proximité.

« Alors, dites moi, est ce que les choses se passent bien au cabaret ? »Je marquais une brève pause avant d'enchaîner avec un sourire malicieux: « Je dois vous avouer que je suis assez curieuse, j'aurais bien aimé m'y rendre pour jeter un coup d'oeil mais Père a toujours catégoriquement refusé de me laisser l'accompagner. Du coup, je ne peux que m'interroger sur les activités qui s'y déroulent.  »

Le fait que Père m'interdise de venir avec lui était d'autant plus parlant quand on sait qu'il trouve parfaitement normal de me faire assister et participer à ses séances de tortures et de meurtres et ce depuis que je suis enfant. Mais bien sur, ce n'était pas la même chose. Il n'avait probablement guère envie de trainer sa fille dans ses pattes pour aller s'envoyer en l'air. Oui, je n'étais pas sotte, lorsqu'il se rendait au Cabaret, il ne rentrait généralement qu'au petit matin. Nul besoin d'être un génie en matière de déduction pour comprendre ce qu'il allait y faire. Toutefois, officiellement il s'agissait d'un simple cabaret pas d'une maison close, aussi je trouvais très amusant d'amener l'air de rien le séduisant propriétaire sur ce sujet histoire de voir ce qu'il allait répondre. En attendant sa réaction, je dévisageais Lucius avec mon plus beau regard de biche, les cils légèrement papillonnant. J'étais douée pour feindre l'innocence, très douée même, mais bien sur, je savais bien qu'il ne serait pas dupe. Je l'avais quand même provoqué à dessein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
admin
CONTRA BONOS MORES
avatar
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
03/07/2015
Ϟ Hiboux :
142


MessageSujet: Re: Quand le chat n'est pas là... [Lucius] Jeu 10 Sep - 3:34


Quand le chat n’est pas là…

Décidemment cette jeune femme me plaisait beaucoup. Ou devrais-je dire fille ? Elle n’en avait en tout cas pas le physique. Des courbes voluptueuses et une démarche bien plus mature que son âge ne l’aurait laissé présager. J’admirais la démarche féline et assurée de la créature qui me précédait, ralentissement volontairement le pas pour en profiter au maximum. Je n’étais pas du tout discret, après tout pour quoi faire ? Me cacher de l’elfe ? Quelle idée. Il était le seul regard qui pouvait témoigner de mes yeux baladeurs et il ne valait après tout pas grand-chose. Et elle, sentait elle mon regard appuyé glissait lentement du haut de son crane a ses pieds ? Je l’espérais en tout cas, elle ferait une belle distraction même si je ne pouvais en profiter pleinement. Si je pouvais éviter de mourir bêtement par la main de son père… Il avait le sang chaud et même si j’étais tout à fait capable de me défendre, je préférai éviter de me retrouver dans ce genre de situation.

Je détachais mes yeux de Milady pour les poser brièvement sur la bibliothèque familière. J’étais après tout un invité récurrent des lieux et surtout de cette pièce. Parlant affaire avec le maitre des lieux. Je m’installais confortablement dans le canapé que m’indiqua l’hôtesse. Volontairement, je m’étalais sur le plus de place possible, une habitude, un message que je n’arrivais pas à enlever. Cette posture portait un message, celui du pouvoir, de la domination et il ne fallait pas négliger même les plus petits messages corporels et je le savais pertinemment. Les jambes écartées, un bras sur le dos du canapé, une posture détendu mais droite, j’avais la posture parfaite de l’alpha qui s’approprie son environnement.

« Un Whisky sera parfait »
J’indiquais plus à la jeune femme qu’à l’elfe mais celui-ci s’exécuta rapidement.

L’alcool était la principale faiblesse de ma famille, il semblerait. Une tare commune en tout cas parmi les mâles Black. Ça et les femmes bien sûr. Même si je n’étais pas contre un homme ou deux de temps à autres. Mon père avait fait preuve d’un alcoolisme flagrant, déshonorant et pas du tout productif. Mais il n’était bien sûr plus là pour en parler. Au moins Phineas et moi avions la pudeur de le faire en privé, surtout Phineas en fait. Néanmoins, je n’avais pas l’alcool humiliant et je ne dilapidais pas mon argent en boisson. Ce qui est déjà tout à fait honorable. Me sortant de mes pensées, je me tournais de nouveau vers la brune à mes côtés, bien plus plaisante que mes idées sombres.

« Le cabaret... hum »
Je souris vaguement dans sa direction. « Tout est parfait, ou presque mais s’il n’y avait pas de problèmes je m’ennuierai sans doute. Le lieu ne me semble pas approprié pour une jeune fille de bonne famille et si… innocente que toi. » Je me permis un sourire moqueur en tournant mon corps vers elle.

Le Filet du Diable n’est approprié pour personne et même s’il n’en est qu’à ses débuts, j’ai de grands projets pour lui. Aujourd’hui quelques danseuses, quelques prostituées cachées sous des identités presque transparentes, quelques trafiques. Je compte élargir mes horizons… un peu. Voire même beaucoup. Le « cabaret » allait devenir un véritable temple du vice, c’était un peu mon but, d’être LA référence en la matière. J’avais le gout, les moyens et l’ambition. Et je comptais mettre tout cela à profit pour créer mon empire.

« Mais peut être que d’ici… quelques années les portes s’ouvriront toutes seules pour une créature comme toi. » J’appuyais le tutoiement fortement, me rapprochant d’elle-même à travers mes mots. « Je serais même prêt à te faire une visite guidée. Quel âge as-tu déjà ? »
AVENGEDINCHAINS

_________________

   
   
« Le crime au bras du vice »
I could corrupt you in a heartbeat. You think you're so special, think you're so sweet. What are you trying. Don't even tempt me soon you'll be crying and wishing you dreamt me. You'd be calling out my name when you need someone to blame.©️ .bizzle

Bro nyuh:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
Neutre
inter spem et metum
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
23/06/2015
Ϟ Hiboux :
134


MessageSujet: Re: Quand le chat n'est pas là... [Lucius] Jeu 17 Sep - 15:56

Quand le chat n'est pas là... [Lucius]

Ne prêtant plus la moindre attention à la créature docile partie chercher les boissons, je focalisais toute ma concentration sur l'homme à mes côtés. Sans la moindre gêne, je l'observais avec un intérêt que je ne cherchais pas à dissimuler. Sa seule posture en disait long sur le caractère de l'homme, témoignant de son assurance et de sa prestance. Il ne faisait aucun doute qu'il avait l'habitude de diriger et d'être obéi, en parfait patron. Cela ne me déplaisait pas, bien au contraire. Le buste légèrement penché en avant, je restais pour ma part subtilement inclinée vers mon interlocuteur. Cette position permettait un certain rapprochement tout en offrant à Lucius Black une jolie vue de mon décolleté. Guère déstabilisé par l'aspect provocateur de ma question, celui ci ne tarda pas à y répondre et abandonna au passage le vouvoiement habituel pour me tutoyer. Un sourire perfide étira mes lèvres en entendant le sorcier me qualifiait d’innocente. On pouvait utiliser beaucoup d'adjectifs pour me décrire, mais aucun ne me correspondait aussi peu que celui ci. J'étais vierge, certes, et sans aucune doute inexpérimentée dans bien des domaines, mais innocente, absolument pas.

Je l'avais perdue il y avait bien des années mon innocence, le jour où Uther avait assassiné ma mère et John, mon père adoptif. J'étais alors si jeune que je n'avais gardé quasiment aucun souvenir d'eux si ce n'était le dernier. John baignant dans son propre sang qui inondait le tapis, son visage, je ne m'en souviens pas, je me rappelle seulement de ce rouge intense qui maculait le sol, et puis maman, le teint livide,les traits figés à jamais dans une expression d'horreur et de désespoir, étendue raide morte au milieu des rosiers Black Baccara. Puis, Père m'avait élevée à son image et quelques semaines plus tôt, j'avais achevé quelqu'un pour la première fois en parvenant enfin à maitriser l'avada kedavra à ma plus grande satisfaction. Une personne qui a du sang sur les mains peut elle être qualifiée d'innocente ? Alors que je me perdais dans mes pensées, mon regard s'était assombri, durci mais de manière très subtile et tout juste perceptible si l'on y prêtait attention.

Lucius continua en déclarant que d'ici quelques années je pourrais y aller et qu'il offrait même de me faire visité les lieux lui même. La proposition était tentante mais s'il y avait une chose que je détestais, comme tous les gens de mon âge, c'était de m'entendre rappeler que j'étais encore «trop jeune». En quoi l'âge pouvait-il bien compter ? La maturité s'acquiert de manière bien différente à travers notre vécu mais elle n'a rien à voir avec le nombre d'année que l'on peut avoir. Etait-ce donc ainsi qu'il me voyait ? Comme une enfant impressionnable ? Je ne savais pas trop si je devais m'en sentir offensée ou bien en jouer. Après tout, peut être que les «jeunes gens» c'était son truc ? Dans tous les cas, ce n'en serait que plus amusant de l'allumer pour le pousser au vice. Il aurait tôt fait d'apprendre à me connaître et il pourrait relativiser sa notion de l'innocence. Il m'avait demandé mon âge, comme à une fillette, car c'est bien connu que l'on ne demande pas son âge à une femme et il n'était pas question que je me cantonne à ce statut de petite fille. Je pourrais mentir, prétendre que j'avais 17 ans, mais à quelle fin ? Ce serait bien immature pour le coup. Je n'avais pas honte de jeune âge, je refusais seulement qu'on me définisse en fonction de lui. Je décidais d'esquiver la question par une pirouette en la lui renvoyant habilement:

« Quel âge me donnez-vous, Lucius ? »

Je l'avais délibérément appelé par son prénom, Lucius, au lieu de l'habituel « monsieur Black ». Je l'avais prononcé avec une intonation appuyée, suave, comme s'il s'agissait d'un bon bon délicieux. J'avais décidé de me permettre cette familiarité en réponse à la sienne, mais sans pour autant laisser tomber le vouvoiement. La nécessité de maintenir les apparences était bien trop encrée en moi. Nous n'étions pas encore assez proche pour cela, même si je comptais y remédier.  Lucius restait mon aîné, je pouvais difficilement m'adresser à lui comme à un garçon de mon âge, et puis, il est parfois bon de garder une certaine distance. Flirter avec lui ne signifiait pas que je devais me comporter et parler comme une catin, n'est ce pas ? J'avais une certaine éducation. J'esquissais un sourire mutin avant de poursuivre.

« Et puis, pourquoi attendre quelques années ? J'ai tant envie de découvrir votre univers...» Je susurrais d'une voix aguicheuse et pleine de sous-entendus car ce n'était pas seulement son univers que j'avais envie de connaître. « Je suis certaine que vous serez un guide des plus compétents

Je gardais mes yeux couleur de jade rivés dans les siens tandis que j'insistais malicieusement sur le mot compétent qui renvoyait à tout à fait autre chose qu'une visite guidée. Il était si facile de jouer l'air de rien avec des phrases au sens ambigüe et d'y placer des insinuations par la seule intonation de la voix. Je trouvais tellement amusant l'idée qu'il puisse craindre ce que pourraient voir mes yeux chastes à l'intérieur du Filet du Diable... Moi, qui ne cillait même plus devant la vision de corps meurtris, déchiré et en lambeaux, je devrais pouvoir supporter celle d'un peu de sexe et de nudité. Lucius allait très vite voir à quel point j'étais innocente, songeais-je avant de glisser - toujours très innocemment - ma main délicate sur la cuisse musclée et virile de l'homme à mes côtés, sans détacher mon regard du sien.

« Vous savez, les apparences peuvent être trompeuses; il en faut beaucoup pour me choquer.... Mais je vous mets au défi d'essayer. »  

N'ayant d'yeux que pour le sorcier à mes côtés, c'est tout juste si je remarquais la petite créature servile qui revenait déposer silencieusement nos boissons respectives sur la table basse du salon avant de repartir. Toutefois, juste avant qu'il ne sorte de la pièce, j'eus une subite inspiration et l'interpelais.

« Skivvy, je veux que tu me préviennes à la seconde où Père reviendra, d'accord ?»

Il serait ennuyeux qu'il me surprenne en train de faire des avances peu voilées à Lucius Black, n'est ce pas ? J'avais toute confiance en l'elfe qui m'avait pour ainsi dire élevée et je savais qu'il ne me trahirais pas. Sans plus me soucier de lui, je reportais mon regard sur le trentenaire à qui j'adressais un sourire rusé et plein de complicité dans l'attente de sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand le chat n'est pas là... [Lucius]

Revenir en haut Aller en bas
 
 
 

Quand le chat n'est pas là... [Lucius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le chat n'est pas là... [Lucius]
» quand le chat est là, les faucheuses dansent (pv Felyn)
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent ! [Ming Yue]
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent... OU PAS !! [Pv Bulle et Flamme]
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent ✩ Jeremiah le snob ♥ + LIBRE aux élèves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperius Curse :: Autre :: Retourneur de temps-