Partagez | 
 

 Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neutre
inter spem et metum
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
23/06/2015
Ϟ Hiboux :
134


MessageSujet: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Mer 24 Juin - 0:14


Milady S. Rosier
NOM : Wellington à la Naissance puis Rosier, le nom de son père PRÉNOM(S) : Milady Serena, Serena étant le prénom de sa grand mère maternelle ÂGE : 28 ans DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 7 Novembre, Manoir de Lord Wellington SANG : Pur, si tant est que cela ait le moindre sens MÉTIER : Tueuse à gage SEXUALITÉ ET STATUT : Hétérosexuelle, Célibataire ANCIENNE MAISON : Serpentard CAMP : Neutre BAGUETTE : 28,6 cm ; Bois de Tremble d'une belle couleur ivoire ; Crin de sombral ; Une baguette particulièrement adaptée pour les combats et idéale pour les ensorcellements.

1 ~ Que penses-tu de la situation du monde magie imaginée par la Ministre de la Magie, Millicent Bagnold ?

La politique... vous pensez vraiment que j'en ai quelque chose à faire ? C'est la société toute entière que je méprise. Que les philanthropes du ministère et autres crétins utopistes de la communauté magique tendent donc la main aux moldus si ça leur chante, cela ne changera pas ma vie. En fait, c'est surtout avec amusement que j'attends de les voir poursuivre sur cette voie, je serais la première à rire lorsque les choses commenceront à se dégrader et à échapper à tout contrôle. Il faut être bien sot ou naïf pour croire que les deux communautés pourraient se mêler sans heurt et vivre main dans la main. Quand bien même ce projet serait accepté par la majorité des sorciers, ce qui est plus qu'incertain, les moldus sont des êtres à l'esprit bien trop étroits pour accepter le monde de la magie. Il n'accepteront pas plus les sorciers que les pro-sang pur conservateurs ne les tolèrent. Et je ne mentionne même pas les abus qui ne manqueront pas d'apparaître d'un côté comme de l'autre.
Sinon, je ne suis personnellement pas contre l'idée de ne plus avoir à cacher mes pouvoirs, bien au contraire. J'ai plutôt tendance à penser que c'est une hérésie que de devoir faire profil bas pour ne pas choquer ces pauvres âmes ignorantes et je voterais bien volontiers pour la suppression du Code International du Secret Magique.
Non, je dis seulement que la solution n'est pas de faire copain copain avec eux sur un pied d'égalité et  les « intégrer », je suggèrerais plutôt d'assoir une bonne fois pour toute la supériorité des sorciers  par rapport aux non magiciens. Entendez-moi bien, je parle des sorciers dans leur ensemble, car de mon point de vue, ces histoires de pureté du sang, c'est complètement débile. Soit on est sorcier, soit on l'est pas, c'est aussi simple que ça.
Quoi qu'il en soit, la situation actuelle ne m'inquiète pas le moins du monde, car même si l'ouverture aux moldus devait se faire, comme toujours, je me débrouillerais pour tirer mon épingle du jeu.

2 ~ Que penses-tu de toute cette guerre ? Te concerne-t-elle directement ?

La guerre, je trouve ça bien ennuyeux à vrai dire, mais c'est toujours plus divertissant que la paix. Quand je songe à tous ces idiots qui se battent et meurent pour un idéal qu'ils ne verront jamais, je vois une certaine noblesse à ces sacrifices, mais je ne peux m'empêcher de les trouver terriblement vains et stupides. En ce qui me concerne, je ne fais jamais rien si je n'en retire pas un intérêt personnel. Les risques que je prends sont toujours calculés et je suis payée en conséquence. Quelle idée de risquer sa vie pour des promesses incertaines ! Sérieusement, je ne me sens pas concernée par tout ce chaos, je préfère me contenter de passer au travers et poursuivre ma propre route.
Bien sur, de par mon histoire, mon sang "pur" et mon nom, qui est celui de mon mangemort de père, j'ai bien conscience d'être une recrue toute désignée pour les serviteur du Seigneur des Ténèbres. Toutefois, bien que je partage bel et bien certains principes de son idéologie, je n'ai nul désir de m'incliner devant qui que ce soit. Je suis mon propre maitre et je ne sers que mes propres intérêts.


We've all got both light and dark inside us.

Les principales choses qu'il faut savoir à mon sujet sont les suivantes :

♠ Je suis une femme fière et indépendante qui ne supporte pas l'autorité, je déteste qu'on tente de me forcer la main ou qu'on me dise ce que je dois faire. J'ai assez donné avec mon Père, à présent c'est terminé. J'ai un caractère bien trempé, je reste fidèle à mes convictions et je ne suis du côté de personne si ce n'est le mien.

♠ Si officiellement je suis une simple rentière issue de l'élite sorcière, à mes heures perdues, je suis aussi la tueuse à gage connue sous le nom « Black Baccara » qui est recherchée par le Ministère. Les tarifs de mes prestations varient d'un contrat à l'autre mais je n'en accepte aucun pour moins de 500 Gallions. Je n'éprouve aucun plaisir à tuer, pas plus que cela ne me répugne, je suis simplement douée pour ça.

♠ Il n'y a qu'une seule chose que je craigne, c'est mon père, Uther Rosier, et ce même s'il n'est plus de ce monde. J'ai réellement pris conscience de cela, le jour où j'ai croisé un épouvantard qui prit l'apparence de mon père. Celui-ci, pointant sa baguette sur moi avait simplement déclaré: « Tu m'a déçu, Milady. Tu m'as trahi, comme ta mère. » Si la mort d'Uther m'a libérée, je regrette toutefois de ne pas avoir pu lui ôter moi même sa vie. A présent, je n'aurais plus jamais la possibilité de dépasser et de vaincre cette peur. J'en veux aux Aurors de m'avoir privé de cette unique chance.

♠ Je n'ai pas passé mes ASPIC's, j'ai arrêté mes études à la fin de ma sixième année après le décès de mon père. Pour moi, ces diplômes stupides ne voulaient rien dire. Toutefois on aurait tord de me sous-estimer pour autant, après tout, je n'ai pas été envoyé à Serpentard sans raison et je suis plus que débrouillarde.

♠ Je ne suis pas une sorcière particulièrement puissante, je fais plutôt dans la subtilité et la finesse. J'ai un talent certain en matière d'ensorcellement et grâce à mes réflexes, mon agilité et mon sens de l'observation, je suis une duelliste redoutable.

♠ Enfin, je maîtrise le don de l'Occlumencie, un talent pour lequel j'ai commencé à m'entrainer dès mon entrée à Poudlard. La peur constante que je ressentais envers mon père était une motivation largement suffisante, même s'il m'aura fallu des années pour acquérir la pleine maîtrise de ce pouvoir. Ce don m'a aidé à m'affranchir de l'étau de fer dans lequel j'ai grandi et à enfin devenir maître de mes pensées et de mes convictions. Grâce à lui, je me sens forte et libre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
Neutre
inter spem et metum
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
23/06/2015
Ϟ Hiboux :
134


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Mer 24 Juin - 0:14


Black Baccara

La plus noire des roses

Parfois je me demande comment j'en suis arrivée là. Certains parleraient peut être de destinée, mais si on devait me poser la question, pourquoi je fais ce que je fais, je répondrais par une simple vérité : « Je suis douée pour ça. » Mon histoire n'est pas faite pour les cœurs tendres et les âmes sensibles, d'ailleurs, je n'aime guère la raconter. Je ne me suis jamais considérée comme une victime toutefois, mon passé est simplement ce qu'il est, et il a contribué à faire de moi la femme forte, fière et indépendante que je suis aujourd'hui.

Ma mère était une femme magnifique, c'est du moins ce que l'on m'en a dit. Katherine Wellington, née Fawley était une sorcière de sang pur, douce, gracieuse, talentueuse et très courtisée. Elle connut mon géniteur durant ses études à Poudlard, lui était à Serpentard, elle à Serdaigle. Pendant leur dernière année, elle finit par céder à ses avances et ils commencèrent à sortir ensemble. Ils furent même très amoureux au début, cependant Uther Rosier était loin d'être exactement un « gentil garçon ». Jeune homme séduisant et charismatique, il savait charmer et se montrer agréable, mais il n'en restait pas moins un sorcier avide de pouvoir, manipulateur, sadique et violent qui partageait sans restriction les idéaux puristes des grandes lignées sorcières de sang pur. C'était un mage noir de la pire espèce qui se livrait à toutes sortes d'expériences abjectes et terribles. Lorsque Katherine finit par découvrir la véritable nature du sorcier elle décida de rompre afin de s'éloigner de lui autant que possible. L'ennui c'est qu'Uther Rosier n'était pas vraiment le genre d'homme que l'on peut quitter si aisément. Il refusa de laisser partir cette femme qu'il désirait, et confronté aux résistances de cette dernière il ne tarda pas à laisser s'exprimer sa vraie nature pour la plier à sa volonté. Mon père avait pour habitude de prendre de force ce qu'il convoitait pour se l'approprier sans la moindre culpabilité. C'est ainsi que je fus conçue dans la violence lors d'une nuit pluvieuse du mois de Mars.

Lorsque Katherine, acculée et désespérée, se rendit compte qu'elle était enceinte, elle s'efforça de le cacher à Uther. Refusant que son enfant ne se retrouve à le merci du mage noir, elle trouva en elle la force de s'enfuir pour lui échapper. Elle alla se cacher parmi les moldus, où elle rencontra un jeune Lord, un certain John Wellington, héritier d'une puissante famille anglaise. Elle lui expliqua sa situation, ne lui cachant rien si ce n'est le fait qu'elle soit une sorcière.  Le moldu tomba amoureux d'elle et lui promit de la protéger. Il décida de l'épouser et de reconnaître et élever son enfant comme étant le sien. Je naquis quelques mois après dans cette famille riche et aimante, mais s'il y a une leçon a tirer de ma vie c'est que les contes de fée ne sont pas fait pour durer.
Mon père adoptif était un homme pieux et respectable, un bon chrétien, protestant, très attaché à la morale religieuse, à la bienséance et sa réputation. Quand à l'âge de 3 ans, je commençais à montrer des signes indiscutables de talent magique, ma mère fut bien forcée de lui avouer toute la vérité. Quand on connait la position de la bible sur le sujet, sachant qu'un passage de l'Exode stipule clairement «Tu ne laisseras point vivre la magicienne. », on peut facilement comprendre le choc, le dilemme moral et le sentiment de trahison et de rejet que lui inspira cette révélation. Il parvint plus ou moins à pardonner à son épouse qui s'était  déjà résolue à ne plus pratiquer la magie. Cependant, il ne pouvait guère en exiger autant de la fillette que j'étais, encore bien trop jeune pour contrôler ses pouvoirs. Malgré sa bonne volonté, son regard sur moi avait changé, il ne m'a jamais maltraitée et il faisait certainement de son mieux pour tenir la promesse qu'il avait faite à ma mère avant de l'épouser. Pourtant, il devint distant comme si je lui faisais honte et le mettais mal à l'aise.

Mon véritable père, de son côté, finit par découvrir la vérité, qu'il arracha à  mes grands parents maternels à force de torture avant de les assassiner; apprenant à la fois l'existence d'une fille que Katherine lui avait cachée et le mariage de celle ci. Comme si sa trahison en elle même n'était pas suffisante, il avait fallu qu'elle lui préfère un répugnant moldu !  J'avais tout juste 4 ans  quand il nous retrouva et nous rendit une petite visite surprise au Manoir Wellington. C'était un dimanche après midi, je me trouvais alors avec ma gouvernante qui me faisait faire une promenade dans le parc du domaine. Ma mère était de l'autre côté de la propriété, dans le jardin, s'occupant des rosiers qu'elle cultivait. C'était une variété très spéciale, dite « Black Baccara », donnant des roses d'un pourpre sombre tirant vers le noir. Un passe temps qu'elle tenait de sa propre mère Serena. Quant à mon père, il était dans son bureau en train de travailler sur la paperasse. J'étais encore trop jeune pour garder un souvenir précis de cette journée, mais certaines images sont gravées à jamais dans ma mémoire. Je me souviens du cri de ma gouvernante alors qu'on revenait de notre balade. Je revois mon père gisant dans le salon, lacéré d'entailles profondes tandis sur son sang imbibait le tapis. Résultat, je le compris bien des années plus tard, d'un puissant sortilège de Sectumsempra. Je me souviens avoir couru jusqu'au jardin, à la recherche de maman, mais lorsque je l'avais trouvée, elle était raide et immobile sur le sol, au milieu des rosiers en fleurs, magnifique dans la mort comme elle l'avait été dans la vie. Et puis, il y avait cet homme, qui se tenait là, imposant et terrifiant. Je l'avais fixé de mes grands yeux verts désemparés et effrayés sans prononcer le moindre mot.

« Viens, n'aies pas peur. Tu ne me connais pas, mais je suis ton père. Ton véritable père. Je suis venu te chercher et à présent je vais prendre soin de toi. »

Traumatisée comme je l'étais et trop choquée pour pleurer, je m'étais contenté de rester muette et immobile, serrant mon doudou contre moi. Je ne comprenais pas. J'avais déjà un papa pourtant, celui qui gisait dans le manoir. N'était il pas mon vrai papa ? Je baissais mes yeux écarquillés vers l'endroit où maman était allongée, comme endormie entourée des fleurs qu'elle chérissait.  Un mot s'imposa dans mon esprit sans qu'il ne parvienne à franchir mes lèvres enfantines, « pourquoi ?» Mais, comme s'il avait lu mes pensées,  l'homme entreprit alors d'expliquer.

« J'ai été forcé de la tuer, ta mère voulait nous séparer. Elle m'a trahi et t'a enlevée à moi, alors j'ai du le faire, tu comprends ? Je ne pouvais pas laisser mon propre sang être élevée par un moldu répugnant. Il ne pouvait pas comprendre à quel point tu es une fillette remarquable. Alors à présent, approche, ma fille, viens voir Papa. »

Je ne sais pas trop pourquoi j'avais obéi, un peu comme si mon corps avait été animé de sa propre volonté. Avec le recul je me demande s'il ne m'y avait pas contrainte au moyen de l'imperium, mais je n'en suis pas sure, au fond, cela aurait été pareil. Après tout, je n'avais que 4 ans à cette époque, qu'aurais-je bien pu faire d'autre que d'obéir ?  J'avais perdu mes parents, je n'avais nulle part ou fuir et cet homme disait qu'il était mon vrai père et qu'il allait s'occuper de moi.

Il m'emmena avec lui dans son propre manoir. A ma naissance, j'avais pris le nom de Wellington, celui de mon père adoptif, et à partir de cet instant, je deviens Milady Rosier. J'avais ma propre chambre, qu'il avait déjà préparée et comme il l'avait dit, il veilla à ce que je ne manque de rien, si ce n'est de douceur et d'amour maternel. Dans les premiers temps, je restais incapable de prononcer le moindre mot en sa présence, j'avais bien trop peur de lui.  Mais à la longue je finis par m'habituer à lui et puis, il ne me maltraitait pas. A sa manière tordue, il se comportait même en père, et puis, à la différence de John, il ne semblait pas avoir honte de moi et ne me regardait pas comme une sorte de monstre. Au contraire il semblait plutôt fier que mes pouvoirs se soient déjà manifestés et il m'encourageait à en faire usage pour que j'apprenne à les contrôler. Je passais beaucoup de temps avec notre serviteur, Skivvy, l'elfe de maison du manoir qui s'occupait de moi lorsqu'Uther devait s'absenter.  Officiellement, il était un employé respectable du ministère de la magie, travaillant au département des mystères, et à côté, il y avait son «autre boulot», celui qui consistait à éradiquer la vermine né-moldue qui souillait la communauté sorcière.

Quand je me fus suffisamment familiarisée avec ma nouvelle vie et mon nouveau Père, du moins autant qu'il était possible, à savoir que je parvenais désormais à parler un peu en sa présence, il commença à s'occuper de mon éducation. Il m'expliqua ainsi sa vision puriste du monde, me disant que j'étais supérieure aux autres sorciers parce que mon sang était pur et que par conséquent, je ne devais jamais m'écraser devant personne, que je ne devais craindre personne et que je devais être fière de porter le nom de Rosier. Il disait aussi que les moldus étaient des animaux, de la vermine et qu'ils ne cessaient de détruire et polluer leur environnement comme les nuisances qu'ils étaient.
Il me disait qu'il oeuvrait pour la mise en place d'une nouvelle société purgée de la vermine et que quand je serais plus grande je devrais en faire autant. Moi, je n'étais pas tout à fait convaincue, mais je n'aurais jamais osé contrarier mon père.
Non seulement, il était intimidant et redoutable, mais surtout, il avait l'air de toujours exactement savoir ce à quoi je pensais. Il m'était impossible de lui mentir sans qu'il ne le sache et cela me terrifiait bien plus que tout le reste. J'étais entièrement à sa merci et je n'étais à l'abri nulle part, pas même dans ma propre tête. Je n'étais même pas libre de penser ce que je voulais. Je redoutais notamment qu'il ne découvre mes doutes concernant les préceptes qu'il voulait m'inculquer. Non pas que je n'aimais pas l'idée de valoir plus que les autres sorciers, seulement, je ne pouvais pas m'empêcher de trouver que ça n'avait pas de sens. Que les sorciers soit supérieurs aux moldus en raison de leur don, c'était logique, mais cette histoire de pureté du sang, je n'arrivais pas à être d'accord. Dans les livres d'histoire de la magie, il y avait des tas de très grands sorciers qui n'étaient pas des sangs purs et de tas de sang purs qui n'avaient jamais rien fait d'exceptionnel. Je savais bien que Père se mettrait en colère s'il percevait mes doutes. Alors je faisais de mon mieux pour que ça n'arrive pas. J'eux tôt fait d'apprendre à éviter son regard et quand je ne pouvais y échapper, je m'efforçais de concentrer toutes mes pensées sur une seule chose: mon désir de ne pas le décevoir.  Ce désir avait beau être en grande partie motivé par la peur, il n'en était pas moins véritable et cela semblait lui convenir.

A mes 7 ans, il estima que j'étais assez grande pour savoir quel était le «passe-temps de papa». Alors il décida de m'emmener avec lui, pour que j'apprenne. Je devais rester là, dans un coin, à regarder, pendant qu'il torturait et tuait des gens. Il disait que c'était pour le bien de tous, que c'était comme quand maman s'occupait de son jardin, qu'il était nécessaire de couper les mauvaises branches pour que les saines puissent s'épanouir et que si on ne le faisait pas, l'arbre finirait par dépérir. Parfois, il me prêtait sa baguette et me disait d'essayer de lancer tel ou tel sort, pour que je m'entraine. Il s'avéra que j'étais plutôt douée et bonne élève, avec le sortilège de découpe notamment. Bien sur, certains maléfices nécessitaient une puissance magique que j'étais trop jeune pour posséder, mais Père était malgré tout fier de mes progrès.

Vint ensuite le moment de mon entrée à Poudlard, Papa disait que j'irais à Serpentard, comme lui, ce qui me dérangeait pas. Le vert était une couleur qui m'allait bien et que j'avais toujours appréciée. Ma répartition fut sans surprise, le Choixpeau n'eut pas besoin d'hésiter.  Je travaillais assidument pour que Père soit fier de moi, je voulais être la meilleure, j'en avais besoin. En parallèle, j'en profitais aussi pour étudier l'occlumencie afin de mieux me protéger des incursions occasionnelles de Papa dans mon esprit. Dans un premier temps, je tentais d'apprendre par moi même au travers des ouvrages que j'avais réussi à me procurer, mais très vite, je me rendis compte des limites de cette méthode qui ne restait que théorique, aussi je me résolus à chercher un mentor que je finis par trouver en la personne d'un de mes professeurs.

Si je devais attendre encore quelques années pour être une Occlumens accomplie, l'été suivant ma cinquième année, je fus malgré tout capable de mentir à Père en le regardant dans les yeux. Pour moi, il s'agissait d'une véritable victoire personnelle. J'avais toujours agi en vue de plaire à Papa et désormais, j'étais certaine qu'il ne verrait rien en moi qui puisse le décevoir.
J'avais réussi mes BUSES avec brio, obtenant les meilleures notes dans les matières que j'avais choisies : Sortilèges et Enchantements, Métamorphose, Botanique, Potion et Histoire de la magie, à l'exception de la DCFM où je n'obtins qu'un Effort Exceptionnel. De toute façon, j'avais décidé d'arrêter la Défense contre les forces du mal après cette année car cette manière m'ennuyait. En vérité, pour moi qui excellait à jeter toutes sortes d'ensorcellements complexes, je trouvais particulièrement irritant de ne pas être fichue de réaliser un stupide Patronus Corporel. « Tu dois penser à un souvenir heureux, Rosier, concentre toi dessus !»  ne cessait de me répéter le professeur comme si j'étais la dernière des demeurées. Un souvenir heureux... facile à dire ! Je ne m'étais jamais sentie malheureuse, mais je ne voyais pas non plus d'éléments dans mon passé qui soient susceptibles que je me réjouisse.  De toute façon, la DCFM était sans intérêt, le domaine dans lequel j'excellais réellement c'était les duels.  J'étais vive, alerte, observatrice, agile, j'avais de bons réflexes et je parvenais toujours à surprendre l'adversaire et à anticiper ses mouvements. Ce même été marqua aussi la première fois où je tuais quelqu'un, sous le regard bienveillant et approbateur de Papa. Il m'avait fallu plusieurs années pour maitriser l'impardonnable, et je n'y étais jamais parvenu jusqu'à ce jour là. Tout ce que je savais de l'homme, c'est qu'il était un né-moldu placé à un poste important du Ministère et qu'il devait mourir car il était une nuisance pour la société. Lorsque mon Avada Kedevra lui arracha la vie, je ne ressentis rien, strictement rien, mais je souris pour faire croire à père que j'étais satisfaite.

Quelque temps après, Père m'annonça qu'il avait trouvé un bon parti pour moi en vue d'un mariage et qu'il souhaitait que je le rencontre. Il disait que j'étais une femme à présent et que je devais songer à trouver un époux digne de la maison Rosier. Bien que cette perspective ne m'enchantait pas, je prétendis que j'étais heureuse de faire ce qui été attendu de moi, comme toute jeune sorcière de sang pur qui se respecte.

Mon destin semblait tout tracé, cependant, l'année de mes 16 ans apporta un nouveau bouleversement dans mon existence. C'était un beau jour de Mai ensoleillé lorsque j'appris que mon Père avait trouvé la mort en s'opposant à des Aurors. Apparement ses derniers étaient venus faire une perquisition au manoir, trouvant des preuves multiples des crimes abominables de Père et de ses expériences de magie noire. Comme celui ci avait refusé de se rendre, les choses avaient mal tournées. La bonne nouvelle était que cela tirait un trait sur cette histoire de mariage arrangé. Comme j'étais encore mineure, ces crétins de bureaucrates voulaient me coller un tuteur du Ministère en attendant de voir si j'avais de la famille qui pouvait m’accueillir. Mon père avait bien une soeur plus jeune, je la connaissais puisqu'elle était venue quelques fois nous rendre visite au manoir, mais je n'étais pas vraiment proche d'elle. Elle était mariée à un certain Lestrange et leur fille avait le même âge que moi. Elle, je la connaissais plutôt bien dans la mesure où nous étions dans la même promo à Poudlard et qu'elle était aussi à Serpentard, mais en toute honnêteté je me voyais mal être expédiée comme ça dans la famille de ma tante. En plus, mon Père étant un mage noir avéré, ils voulaient me faire suivre une sorte de thérapie, ils avaient parlé d'une histoire de soutien psychologique ou je sais pas quoi. Moi j'étais convaincue qu'ils voulaient surtout m'interroger. Il n'était pas question que je me livre à leur mascarade. J'en avais plus qu'assez que les autres décident pour moi de ce que je devais faire, je pouvais parfaitement me débrouiller toute seule.

J'étais supposée retrouver mon nouveau tuteur à King's Cross à l'arrivée du Poudlard Express, mais à la place, je me suis tirée. Je ne pouvais pas retourner au manoir, alors je me suis débrouillée pour trouver un petit boulot de serveuse dans un pub de l'allée des embrumes, je me suis présentée sous un nom d'emprunt, Rose Morgan, tout en prétendant avoir 18 ans. Le patron ne posa guère plus de questions et il accepta de me loger dans une petite chambre à l'étage. C'était loin de la vie de château que je menais jusqu'à présent, un logement minable, un travail pénible, un salaire de misère, ce n'était pas vraiment fait pour moi, mais ce fut enrichissant. J'étais aux premières loges pour voir tout ce qui se passait dans les bas fonds du Londres sorcier. J'assistais à toutes sortes d'échanges et de trafics. Des bourses pleines de gallions passaient de mains en mains, des objets illégaux circulaient à l'abri des yeux du Ministère. J'entendais toutes sortes de rumeurs aussi, des meurtres, des viols, des règlements de compte. Apparemment, le quartier était tellement mal famé que le ministère avait fini par considérer l'endroit comme une cause perdue et même les aurors n'y mettaient quasiment plus les pieds. Tous les jours défilaient des types moins fréquentables les uns que les autres mais je n'avais pas peur. Grâce à mon père, je n'étais plus une fillette démunie et sans défense. A la fin de l'été, je connaissais les moindres ruelles de ce quartier malsain et je me sentais comme un poisson dans l'eau au milieu de la vermine corrompue. Parmi les habitués des lieux, se trouvait un grand type baraqué à l'accent étranger qui était de toute évidence l'un des principaux caïds du quartier à la tête d'un trafic quelconque.  Un soir, un sorcier d'un certain âge fit irruption dans le bar, ivre, débraillé et toute évidence complètement désespéré. Baguette en main, il s'était rué sur le colosse en hurlant comme un fou. Je me souviens parfaitement de la scène.

« Toi ! Je sais que c'est toi qui a violé ma fille ! Je vais la venger et laver son honneur ! »  

Alors que j'observais, imperturbable, comme à l'époque ou Père m'emmenait avec lui, je vis que le colosse se contentait d'éclater de rire face à la menace de l'autre. Il fallait admettre qu'il manquait un peu de crédibilité avec sa baguette tremblante et sa posture chancelante.

« Ah ouai ? Et tu vas faire quoi le vieux ? Me provoquer en duel ? » Riant de plus belle, il poursuivit : « Tout le monde sait bien que ta fille, c'est une putain de trainée, c'est elle qui m'a supplié pour que je la baise ! Allez dégage papy avant que je perde mon calme ! »  

Le tremblement du vieux s'intensifia, je n'aurais trop su dire s'il était sur le point de s'effondrer ou de foncer tête baissée dans le tas, mais dans tous les cas, il n'avait aucune chance. Il est vrai que c'était tentant de laisser faire juste pour profiter du spectacle, mais en tant que serveuse, ce serait probablement à moi de réparer les dégâts. Je choisis donc ce moment pour intervenir, en me plaçant face au sorcier débraillé.

« Monsieur, si vous n'avez pas l'intention de consommer, je vais devoir vous demander de sortir et de ne pas importuner les clients. »

Avec l'air de quelqu'un qui vient de prendre une gifle, il me dévisagea d'un air hagard, incapable de protester alors que je l'escortais dehors. J'allais le laisser là, quand il m'attrapa le bras et commença à marmonner d'une voix éteinte quelque chose comme « Il.. Il a violé ma fille.. ma fille.. » avant d'éclater en sanglot. « Je.. je voulais le tuer mais.. je suis trop lâche...je donnerais n'importe quoi.. » Alors, je fis une chose qui me surprit moi même lorsque je déclarais soudainement et le plus sérieusement du monde:

« Contre 500 Gallions, je le tuerais pour vous. »

L'homme releva la tête sous le choc de ma déclaration et me fixa d'un air ahuri tandis que je continuais à le regarder impassiblement. « Mais je n'ai pas cet argent.. » balbutia-t-il. Pour toute réponse, je me contentais de hausser les épaules et je retournais à l'intérieur du pub. Je ne m'étais pas vraiment attendu à ce que, à peine trois jours plus tard, le sorcier se repointe dans le pub avec une bourse contenant les 500 Gallions. Il devait vraiment être désespéré car il n'avait pas la moindre garantie que je ne parte pas tout simplement avec l'argent, mais je venais de conclure mon tout premier contrat. C'était aussi la première fois que je prenais la décision de tuer quelqu'un de mon propre chef.  

Je n'eus aucun mal à remplir ma part du marché, à vrai dire, ce fut presque trop facile car ce fut ma cible qui vient à moi pas plus tard que le soir même. Je ne travaillais pas ce soir là, aussi j'avais décidé de me promener un peu dans une des ruelles histoire de prendre l'air quand je tombais sur lui, probablement se rendait-il au Pub.

« Tiens, mais ce serait pas la petite serveuse de la Taverne que voilà ? Rose, c'est ça ? Ce n'est pas très prudent pour une jolie poupée comme toi de se promener toute seule dans ce quartier à une heure aussi tardive.. »

Feignant de ne pas percevoir la menace dissimulée dans ces mots, je lui adressais un sourire candide et volontairement aguicheur tout en déclarant:

« Oh en fait, je voulais juste marcher un peu pour prendre l'air, mais si vous vous inquiétez pour moi, peut être souhaitez vous m'accompagner ? »

Bien sur, il tomba dans le piège immédiatement et commença à m'emboiter le pas. En fait j'étais à peu près sure que c'était ce qu'il prévoyait de faire de toute façon. Je me suis dirigée dans une ruelle déserte entourée d'habitations délabrées, en un geste habile et discret, je saisis la baguette dissimulée dans ma manche et m'arrêtais. Avant qu'il n'ait pu comprendre ce que je m'apprêtais à faire, je me retournais dans un mouvement fluide et  conjurais le maléfice mortel qui le frappa en pleine poitrine. Un éclair émeraude plus tard, l'homme s'effondrait, raide mort sur le bitume. C'était fait. Pourtant en regardant mon œuvre, je ne pus m'empêcher de la trouver inachevée. Prise d'une subite inspiration, je levais une nouvelle fois ma baguette et fis apparaître une unique rose « Black Baccara » juste à côté du corps. Satisfaite, j'avais alors tourné les talons. C'était bien plus rentable que de trimer à servir des verres à des clients bourrés pour quelques noises et c'est ainsi que je débutais ma carrière de tueuse professionnelle.

A la rentrée suivante, je ne retournais pas à Poudlard. Au cours de ces quelques semaines de liberté, j'avais réalisé que jusqu'alors je ne faisais que vivre dans la crainte constante de mon père et dans le désir de plaire à celui ci. Il était plus que temps que j'apprenne à être enfin moi même. Les ASPIC's, les études, tout ça ne représentait rien pour moi. En tuant ma mère et John, père m'avait rendue forte et impitoyable, en mourant, il m'avait offert la liberté et je comptais bien en profiter. Bien sur, je n'avais jamais vraiment réussi à vaincre la peur que m'inspirait Papa, les Aurors m'avaient volé cette chance et je crois que je me demanderais toujours comment les choses auraient évoluées si c'était moi qui avait pris sa vie.  Quoi qu'il en soit, il n'était plus question de me soumettre à qui que ce soit. Dès l'anniversaire de ma majorité, je quittais enfin la sordide Allée des embrumes pour revenir au manoir de Père où il ne restait plus que moi et Skivvy, l'elfe de maison de la famille dont j'étais devenue propriétaire. Toutefois, avant de partir, j'avais trouvé un arrangement intéressant avec le gérant du pub, il me servait d'intermédiaire avec les clients et me faisait parvenir les contrats en échange d'un dixième de mes gains. Par ailleurs, la mort du caïd avait beaucoup fait parler d'elle dans les bas fonds, le vieil homme avait parlé et le bouche à oreille avait fonctionné, amenant d'autres personnes en quête de vengeance à vouloir contacter la tueuse à la rose. J'avais des clients et j'étais douée pour tuer.  Les gens ont toujours tendance à sous-estimer les jeunes femmes et il n'en ait que plus facile de les charmer pour mieux les piéger. Souvent je repense aux mots qu'avait prononcé mon père un jour : « Tu es aussi belle que ta mère, quand tu seras plus grande, tu feras des ravages. » et je me dis que d'une certaine manière, il avait raison.  A chaque assassinat je laisse dernière moi une rose « Black Barraca », comme celles que cultivait ma mère et ma grande mère avant elle. Je crois que c'est une signature appropriée et que cela me correspond bien. A l'occasion, la rumeur d'un tueur signant d'une rose finit par remonter aux oreilles du Ministère, un article de la Gazette est même paru à mon sujet, mais ces idiots ne sont pas près de découvrir mon identité. Papa m'a bien appris à couvrir mes arrières. A défaut, ils me désignent sous le nom « Black Barraca » ce qui me plait assez je dois dire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
Neutre
inter spem et metum
avatar
Ϟ Sorcier depuis :
09/05/2015
Ϟ Hiboux :
311


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Mer 24 Juin - 0:19

bienvenue sur le forum milady ! cutie
j'ai hâte de voir ce que nous réserve ton personnage, bonne chance pour ta fiche angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
admin
FUROR ARMA MINISTRAT
avatar
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
21/05/2015
Ϟ Hiboux :
241


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Mer 24 Juin - 3:11

rebienvenue!

Bonne chance pour ta fifiche perv

Garde moi une place pour un lien perv

_________________

Revenge is Passion
Vengeance is Justice

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
admin
QUIA NOMINOR LEO
avatar
Ϟ Champ libre :


C'est un homme : qu'y a-t-il de plus
caduc, plus misérable,
et plus de néant ? ❞


Ϟ Sorcier depuis :
19/05/2015
Ϟ Hiboux :
323


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Mer 24 Juin - 6:38

Heyyy, BIENVENUE, vous. miguel

Voilà une femme aux opinions bien intéressantes, héhé.  kyaa
J'espère que tu te plairas dans l'coin !
( et qu'on ne t'as pas fais trop peur hier soir sur la cb arrow )
Cependant, sauf erreur de ma part, si tu veux que ton perso soit bel et bien de sang-pur, il faut qu'elle soit née dans une de ces familles. Beaucoup ne sont pas encore exploitées en jeu, mais tu peux bien sûr faire en sorte que Milady soit cousine de telle ou telle branche. perv
Enfin, en plus de ça, si tu as la moindre question, n'hésite pas à te tourner vers Aileen ou vers moi-même, on se fera un plaisir de te répondre !

_________________
PHINKAN 4 LIFE:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperius-curse.forumactif.org/t164-black-ruines-des-jours
 
 
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Mer 24 Juin - 9:34

lexius il veut des liens avec toutes les donzelles :mdl:

bienvenue ici I love you bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Mer 24 Juin - 9:56

bienvenue sur le forum et courage pour ta fiche.
Ton vava me dit rien, ou bien c'est que je ne suis pas bien réveillé.
Sinon ton prénom Milady, c'est en rapport aux trois mousquetaires ?
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Neutre
inter spem et metum
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
23/06/2015
Ϟ Hiboux :
134


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Mer 24 Juin - 10:57

Merci à vous !  I love you Je vais faire de mon mieux pour la fiche !

Soraya > Oui c'est bien des trois mousquetaires, j'aime beaucoup le prénom :p
Et pour mon vava c'est normal, c'est une fille pas connue, j'ai trouvé les images sur deviantart ^^

Phineas Black a écrit:

Cependant, sauf erreur de ma part, si tu veux que ton perso soit bel et bien de sang-pur, il faut qu'elle soit née dans une de ces familles.

En fait, c'est le cas, je vais tout expliquer dans l'histoire du perso, mais en résumé Wellington c'est le nom de son beau-père avec lequel sa mère s'est mariée alors qu'elle était enceinte. Milady est bien issue de deux des familles sang pur répertoriées big grin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Jeu 25 Juin - 8:38

Bienvenue parmi nous Milady. hurry hurry Très bon choix de prénom et ton avatar a l'air de coller parfaitement à ton personnage haut en couleur. nyuh
Bon courage pour ta fichette, surtout, et si tu as la moindre question, n'hésite pas, comme l'a déjà dit notre cher Phineas. ahem
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Jeu 25 Juin - 9:26

Bienvenue cutie
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Neutre
inter spem et metum
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
23/06/2015
Ϟ Hiboux :
134


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Ven 26 Juin - 17:54

Vous êtes adorables nyuh

Et merci Aileen pour les compliments tout ça I love you  Ma seule question concerne l'autorisation pour Milady d'être Occlumens et j'ai déjà Mp Phin à ce sujet :) J'attends votre réponse pour finaliser ma fiche cutie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Sam 27 Juin - 19:55

Avant de pouvoir valider ta fiche, il y a un souci important à régler ; les Mangemorts de Voldemort n'ont été créés qu'il y a 3 ans. Donc, ton père n'a pu être des Mangemorts puisque ceux-ci n'existent que depuis les 25 ans de ta Milady. angel
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Neutre
inter spem et metum
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
23/06/2015
Ϟ Hiboux :
134


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Sam 27 Juin - 20:38

Effectivement c'est problématique x)

Je viens de corriger tout ça, en espérant ne pas avoir fait d'oubli dans le texte I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Sam 27 Juin - 20:47

Tout ce que je savais de l'homme, c'est qu'il était un né-moldu placé à un poste important du Ministère et qu'il devait mourir car il s'opposait aux projets du Seigneur des Ténèbres. > c'est la seule chose qui reste problématique, je crois. voui
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Neutre
inter spem et metum
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
23/06/2015
Ϟ Hiboux :
134


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Sam 27 Juin - 20:53

Cette fois, ça devrait être la bonne angel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
 
Chief Warlock
DURA LEX, SED LEX
avatar
Ϟ Champ libre :

Ϟ Sorcier depuis :
07/04/2015
Ϟ Hiboux :
234


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses Sam 27 Juin - 21:18

Bienvenue dans le monde sorcier !

Un personnage haut en couleurs et loin du cliché, ça fait plaisir à voir et lire. hurry

Tout le staff a l'heureux honneur de te souhaiter la bienvenue sur Imperius Curse. I love you - Même Dumbledore et Voldemort sont prêts à faire la fête à coup de baguettes, de flammes et de sang. N'est-ce pas magique, merveilleux ? Petit(e) veinard(e) ! - Tu peux désormais poser tes bagages, retirer tes chaussures, mettre tes pantoufles et ta chemise de nuit ; bref, mets-toi à ton aise, les mages neutres t'accueillent sans chichis. friends
Si tu veux devenir un sorcier accompli, il suffit de passer par - pour te faire plein d'alliés, d'ennemis et d'amis tout simplement. Crois-moi, ce sera mieux que d'être abandonné, seul au monde, tu vois le genre -, là aussi - beaucoup de sorciers célèbrent ont des journaux intimes ou des carnets de route relatant leurs aventures, sinon, comment peut-on écrire des biographies à leur sujet s'ils n'ont pas gardé leurs souvenirs comme Dumbledore ? -, - sait-on jamais que tu sois de ceux qui hurlent à la pleine lune ou qui rêvent éveillés - et encore si tu n'as pas de partenaire en tête - ce serait dommage que tu ne croises jamais personne sur ton chemin à moins que tu ne sois schizophrène -. Et parce qu'il n'y a pas de quartier sorcier sans un bon pub, n'hésite pas à rejoindre notre pub personnel qui se trouve juste . Pour le reste, prends le temps de découvrir là où tu pourras mettre les pieds.
Si tu as des questions, n'hésite pas à harceler – gentiment évidemment – l'un des membres du staff. Nous sommes là pour ça ! Par contre, ça ne nous dérange pas d'être soudoyées avec des chocogrenouilles ou des dragées de Bertie Crochue. C'est tellement délicieux, vous comprenez ! nyuh

_________________
Ceci est le compte fondateur, merci de ne pas envoyer de mp.
Adressez-vous directement à Phineas Black ou Alexius L. Yaxley.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imperius-curse.forumactif.org
 
 
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses

Revenir en haut Aller en bas
 
 
 

Milady Rosier - Black Baccara, la plus noire des roses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kyurem-Noir / Kyurem-Black
» Boue Noire / Black Sludge
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» Femelle croisée caniche noire de qq mois à LL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperius Curse :: Dossiers du Ministère :: dossiers des sorciers :: Sorciers validés-